[#Formation] – Le secteur de la formation fait sa révolution !

La formation en présentiel serait elle bientôt terminée ? La réponse est sans doute possible oui.
Mais cela implique que les acteurs actuels se transforment pour épouser la révolution digitale qui a profondément bouleversé le secteur ces dernières années.

Le E-learning, maître du jeu aujourd’hui…

Les Start up du E-learning connaissent une santé économique enviables en ces temps actuels (OpenClassrooms a levé 6 millions d’euros en septembre 2016 tandis que Coorpacademy en a levé 10 millions). Cet engouement est dû à des facteurs conjoncturels et structurels qui méritent d’être mentionnés ici et qui ont fait récemment l’objet d’une étude de Xerfi.

De nouveaux modes de formation…

MOOC et COOC sont des termes apparus ces dernières années: ils désignent la réalité d’une classe ouverte en ligne, que ce soit sous le mode universitaire, ou entreprise.
Car oui, les entreprises ont aussi pris part à ce secteur en proposant des formations qualifiantes ou diplômantes. Citons le cas par exemple de la SARL Victoria (société de vente à domicile en réseau de Bijoux) qui développe actuellement une académie en ligne à destination des vendeurs à domicile afin de leur permettre de réussir dans leurs missions et d’évoluer professionnellement vers des postes à responsabilité.

Internet ne sert plus qu’à se distraire mais aussi à s’instruire

La grande révolution vient du comportement de l’internaute vis à vis du contenu proposé en ligne: proposer des formations pouvant être certifiantes ou diplômantes a de quoi séduire beaucoup de personnes éloignées de la formation présentielle. D’autant plus que celles ci permettent une organisation souple conciliable avec une vie de famille et professionnelle.

Les entreprises y voient un intérêt capitalistique

Organiser une formation en présentiel peut coûter très cher: un formateur, les supports de formation, la location d’une salle sont autant de postes de dépenses (sans compter la difficulté de l’évaluation des connaissances et compétences acquises) qui aujourd’hui favorisent une dématérialisation totale de l’offre de formation.

Un Business model attrayant

Les start up e-learning ont vite compris que le caractère disruptif n’était pas suffisant. Aussi, pour séduire les plus récalcitrants, ils ont opté en majorité pour une offre de gratuité partielle (ou freemium), consistant à viser une masse d’utilisateurs avec une gratuité affichée et ensuite proposer une vente via des parties payantes de la formation.

L’open source première révolution pour les entreprises

Les entreprises n’ont pas tenté l’aventure en offrant leur confiance en une seule étape aux petites startup entrantes sur le marché. Bien souvent, cela a été réalisé après des tentatives de mettre en place des plateformes internes, souvent basées sur des solutions open source (ou LMS pour Learning Management System). Moodle (dont le pendant en solution propriétaire est e-doceo) est sans doute la plateforme la plus utilisée au monde.

elearning

J’avais pour ma part développé une solution e-learning en 2010 (voir l’image ci-dessus) pour le compte de l’école Supérieure de Commerce pour laquelle je travaillais (avec comme objectif de conserver le savoir transmis par les formateurs aux étudiants et ainsi leur permettre de se former seuls, et ainsi, en prenant de l’avance sur le programme, avoir une attitude pro-active).
Vidéos des formations, serious games, quizz d’évaluation, powerpoint minuté, documents de formation téléchargeables, interface administrateur et direction pédagogique sont autant de services que j’ai pu mettre en place.

Kévin PEYROTTE.

Source: L’étude “La nécessaire réinvention des organismes de formation privés” est publiée par Xerfi, éditeur indépendant d’études économiques sectorielles.