La Banque de France se met à l’opendata ! #Bonne nouvelle

Il est rare de pouvoir partager une bonne nouvelle… Et pourtant aujourd’hui, c’est une excellente initiative en faveur de la transparence qui vient d’être prise par la Banque de France.

Tout commence avec une recherche sur l’open data et le data mining dans le cadre des élections américaines, lorsque je tombe, totalement par hasard sur un article des échos.

La Banque de France cache un trésor convoité partout dans le monde. Il ne s’agit pas de ses stocks d’or mais de ses bases de données. Jusqu’ici cette mine d’informations sur les banques, entreprises, ménages, organismes de placements, etc, n’était que très partiellement mise à disposition du public et des chercheurs. Une situation qui n’a pas manqué de nourrir la critique sur le caractère très secret de l’institution.

via Avec son Open Data Room, la Banque de France rompt avec la culture du secret, Marchés Financiers

La Banque de France a inauguré jeudi une salle sécurisée où sont accessibles 400 millions de données individuelles anonymisées aux chercheurs, afin de les aider dans leurs travaux, selon un communiqué de l’institution.

Une quinzaine de projets sont actuellement examinés par un comité ad hoc, composé d’universitaires et de représentants de la Banque de France, chargé de s’assurer qu’il sont bien en lien avec des travaux de recherche.

Une salle semblable existe déjà au sein de la Bundesbank, la banque centrale allemande.

“Ce qui est original dans notre cas, c’est la diversité des données due à l’ampleur des missions de la Banque de France, notamment en matière de surendettement”, a expliqué à l’AFP Jacques Fournier, directeur général des statistiques de la Banque de France.

Qu’est ce que l’Open data ?

“Une donnée ouverte (en anglais open data) est une information publique brute, qui a vocation à être librement accessible et réutilisable. La philosophie pratique des données ouvertes préconise une libre disponibilité pour tous et chacun, sans restriction de copyright, brevets ou d’autres mécanismes de contrôle.” (Wikipedia, 07/11/2016)

Selon les Universitaires américains qui ont planché sur le sujet dès 2007, les données publiques sont considérées comme ouvertes si elles répondent à 8 principes:

Complète
Primaire
Opportune
Accessible
Exploitable
Non-discriminatoire
Non-propriétaire
Libre de droit

L’ouverture des données construit un nouveau modèle d’échanges entre le citoyen, les politiques, et l’administration. Et c’est ici que l’Open Data devient un concept intéressant: il permet au citoyen, et accessoirement aux journalistes, de pouvoir retraiter une information brute afin de participer à la réflexion qui était jusqu’alors réservée à la haute administration.

Cette innovation et actualité, apparemment anodine de la Banque de France, est importante en cela qu’elle participe au “glissement”, qu’il soit positif ou négatif dans ses effets, vers une démocratie plus participative que représentative.